L'auteure Moïra Dompierre, Cape Cod, Mass., É.-U. © Ir Martin Benoît GAGNON Phys

L’auteure Moïra Dompierre, Cape Cod, Mass., É.-U.
© Ir Martin Benoît GAGNON Phys

 

De l’âge de 9 ans à 13 ans, Moïra écrit des tas de poèmes, en vers libres. Elle en publie à l’occasion dans l’encart Crayons de Soleil du journal Le Soleil de Québec ou encore dans le journal L’appel de Sainte-Foy. Un jour, elle demande : «  Comment fait-on un livre ? ».   Après avoir compris qu’il fallait un éditeur et que le monde de la publication était surtout réservé aux adultes, elle se dit « Un bon défi ! ». À l’âge de 13 ans, c’est monsieur Raymond Beauchemin des Éditions Le livre du Pays qui lui donne sa première chance en éditant Un souffle de terre. Par la suite, un second recueil de poésie sera publié : À titre d’Ailes. Ces publications furent le début d’une extraordinaire aventure qui la transporte, grâce au professeure Luce Bureau, puis au Conseil des Arts et des lettres du Canada, dans les écoles et les bibliothèques. Moïra rencontre des centaines d’élèves afin de leur parler de son expérience, de l’envie d’écrire et de la poésie.  Ces visites lui donnent la piqûre de l’enseignement et de la communication.

 

Après un Bacc. en Communications, spécialisation en Cinéma de l’UQAM, puis une maîtrise en Littératures Québécoises avec spécialisation en Scénarisation de l’Université Laval, Moïra poursuit ses rêves : enseigner le cinéma, écrire et créer.  En effet, elle est professeure de cinéma au Cégep de Sainte-Foy depuis 1996. Elle y a co fondé le profil de Cinéma, participé à l’élaboration du festival de films du Cégep et  fut coordonnatrice du département Histoire de l’art et Cinéma.  Elle signe des écrits aussi divers tels que des articles théoriques sur le cinéma, des livres ethnologiques ou romans. Parallèlement, elle obtient des subventions à la scénarisation et à la réalisation, participe à quelques tournages et voyages culturels. La création artistique se manifeste aussi par la photographie, la création de bijoux ou œuvres visuelles à partir d’objets recyclés qu’elle expose ou vend.

 

Pour certains, ce parcours semble se diviser en plusieurs boîtes. Pour Moïra, ces boîtes sont reliées par le même et unique désir, celui de comprendre en racontant.

 

Moïra s’intéresse au passé qui nous compose : généalogie, histoire de la Nouvelle-France, nom des lieux, paysages urbains et naturels. Ces intérêts se retrouvent dans plusieurs publications sous la bannière des Éditions GID (Une Île, des Elles, Grosse Île, Terre d’accueil, Sur la route de la Nouvelle-France et Notre tour de l’île d’Orléans) où elle explore les racines et la sauvegarde de notre patrimoine passé et actuel.

 

Quant au roman À L’ombre de mon cubicule, elle soumet au lecteur un regard plus satirique sur les « grosses boîtes » où oeuvrent des employés qui ne savent plus qui est à quel poste, où une chatte perdrait ses chatons et où les dirigeants sont interchangeables. Il faut dire que l’auteure a déjà occupé des postes aussi variés que secrétaire remplaçante dans un prison et auxiliaire de recherche et d’enseignement à l’université !

 

Et maintenant…

L’inspiration est nichée au croisement de plusieurs voies alliant la forêt, les ancêtres paternels, le deuil, les expériences de la vie et les colorés personnages débusqués au hasard de nombreuses randonnées pédestres avec son chien.  À suivre… en attendant, elle vous invite à ses publications déjà existantes.

L'auteure Moïra Dompierre, Cape Cod, Mass., É.-U. © Ir Martin Benoît GAGNON Phys

L’auteure Moïra Dompierre, Cape Cod, Mass., É.-U.
© Ir Martin Benoît GAGNON Phys